dilluns, 10 de maig de 2021

A tu Padena ! La darrièira...


Lo paire te ditz :

-                  Lo nòstre dròlle es tròp intelligent per demorar aquí

Solament es tròp colha per anar endacòm mai.

E quand n’avèm coma aquò los envoiam a París e fan d’estudis e tornan davalar, e tornan davalar encostumats, encravatats, encapelats, encartablats, endiplomats, e te parlan lo francés e lo te parlan ponchut. E ne davalèt un d’aqueles, sabètz, e arribèt a Puèglaurens. Macelon èra amb la forca, trabalhava pels prats. Lo tipe s’apròcha :

-                  Je ne voudrais pas être importun, voilà, je me présente, je suis attaché de recherche au CNRS.

-                  De qué ? CRS ? Vas trapar un còp de forca.

-                  Non, non, pas CRS, CNRS, Centre National de la Recherche Scientifique.

-                  E de qué manja aquò ?

-                  Alors voilà, nous faisons une enquête sur les langues parlées sur le territoire national car enfin Monsieur vous n’êtes pas sans savoir que sur le territoire national, à l’heure, il y a un certain nombre de patois, vous savez de ces langues vernaculaires qui sont encore utilisées, vous savez ces langues fossiles, ces langues qui servent simplement à parler aux bêtes, qui ne permettent pas d’aller plus loin que la sortie de son village… On m’a dit que vous étiez encore de ceux qui continuent à parler le patois…

-                  Eh, eh, podètz dire tot aquò sans beure.

-                  Enfin Monsieur je voudrais savoir comment au XX siècle, en étant sensé, on peut encore continuer à parler le patois car enfin Monsieur vous n’êtes pas sans savoir que dans le monde entier c’est l’anglais qui domine. L’homme est en train de conquérir l’espace, l’homme a déjà marché sur la lune, la télévision est partout, le minitel est partout, le Crédit Agricole est partout, et je voudrais savoir, et je voudrais savoir Monsieur, si vous ne voulez pas parler l’anglais pourquoi vous ne voulez pas parler le français, le français qui est la langue de la culture, la langue de Racine, de Voltaire et de Victor Hugo, la langue Monsieur, qui a propagé les idées révolutionnaires dans le monde, la langue Monsieur, des philosophes du siècle des lumières, la langue …

-                  Òu, òu, òu, òu ! E ont vas, tu, com’aquò sens lum ?

-                  Enfin Monsieur avez-vous  une seule bonne raison de continuer à parler votre patois ?

-                  Me damne se n’ai una ! Es la lenga de l’ostal ! N’ai pas cap de vergonha, lo pepin la parlava, lo paire la parlava, ieu la parli e la passi al dròlle. E vesi pas perqué Monsur ma lenga tant valdriá pas coma la vòstra ? E non solament tant val coma la vòstra e ne pòdi faire la pròva scientifica !

-                  La preuve scientifique ? Mais alors là, franchement j’aimerais voir ça !

-                  Serà tot vist. Serà tot vist. Ensajatz un pauc Monsur lo plan-vestit e lo parlaponchut de me dire dins la vòstra lenga çò que ieu vos vau dire dins la meuna. Ieu Monsur, tot francament, tot polidament, o vos disi : MÈRDA ! M’avètz comprés ? E ben ensajatz de ba dire en francés.

-                  Enfin, je ne vois pas pourquoi ? Je n’ai pas de raison.

-                  Si, si, Monsur, es una experiéncia scientifica.

-                  Bien si c’est pour la science, j’y vais. J’y vais… Merd’.

-                  Euh, non ensajatz de ba dire aquí amb mai de vam, una cordelada aquí vesètz, un fais aquí…

-                  Bien, eh merd’, merd’, merd’, merd’, merd’…

-                  E ben, avètz remarcat ?

-                  Remarqué ? Enfin remarqué, remarqué quoi ?

-                  Macarèl es evident.

-                  Évident ? Évident quoi ?

-                  Mas enfin, vosautres los francimands sètz pas solament capables de parlar de mèrda sens ne manjar la mitat !

 

Variants

 La guinhada de l'IEO 34 ! d'escotar sus RÀDIO LENGADÒC. (Picatz sus l'imatge, i tombaretz)

               Diga ! De l’eficacitat dels vaccins contra los variants, l’agéncia europenca sanitària comunica : amb la redobertura programada de las discotècas, los festejaires son convidats a portar particularament atencion au variant Travolta que dona lo dançum e encara e totjorn fèbres los dissabtes de ser. Se deurem mesfisar tanben dau variant soissa que demòra neutre qué que siagan los tèstes emplegats : pcr, antigenicas emai serologics. De pas creire tanpauc çò que se ditz dau variant dau Benin que seriá pas tan benigne que çò que semblava.

L’agéncia se vòl pasmens rasseguranta dau costat de las Americas, lo variant colombian seriá pas mai que podra als uòlhs e l’espelida d’un variant jamaïcan deuriá, dins pas gaire, venir apasimar e destesar l’ambient… E s’aquò vos conven pas, traparetz sus internet recèptas per fabrejar vòstre variant a l’ostau, un variant ecologicament responsable e de qualitat, amb de sabon negre e de vinagre d’alcoòl.

Vòls que te diga ?  Mèfi, mèfi… Passère ieu per l’escòla dau rugbí que fa jurisprudéncia. Se, segon las sasons e amb dificultats podèm mestrejar un variant anglés serà pas la meteissa cançon amb lo variant sud african, vos o dise ! E per pauc que los neozelandeses metèsson sa pelha a la bugada e nos faguèsson un variant Tot-Negre, All-Black, i passarem totes !

Mas, aürosament que lo govèrn de França a encara e totjorn la solucion. Los especialistas de la còsta plena relèvan que dins las temporadas de consultacion electorala i a pas ges de dangièr per l’elector, tanpauc de virus que tenga per empachar las votacions. Doncas, venon de decidir d’estaloirar las eleccions dels 700 000 elegits dau país, au long de l’annada, un pauc cada jorn…

Visca la Republica, visca la França.

 

Enfin es çò que ne dise ieu !

 

La guinhada de l’IEO34. E, rau !

Per sorire o per plorar ?

   Lo sorire de la setmana amb l'IEO d'Erau. 

                                                        E,... rau !!!


 

Encontre

L’UÒLH DEL BUÒU

LA BILHETA DE L’IVONA DEL CERCLE OCCITAN DE MÈSA.

Aquò se passa dins una EHPAD, coma disèm ara.

Un jorn arriba una pensionària novèla. Las tèstas se viran de son costat, tant que sos peus argentats fan resssortir sos uòlhs d’un blau de safir.

Un papet que rosiga son fren dins un fautuèlh es acrocat per son regard… E aquel regard, li parla.

Daissa passar 2 o 3 jorns abans de s’aventurar a l’acostar : lo temps de remenbrar sos sovenirs, tant esmogut qu’un joine òme. Un darrièr agach dins lo miralh. Es verai que li manca qualques peus sus la tèsta, mas es encara drech coma una I. Anem !

     -  Bonjorn, seriatz pas Catarina?

-   Òc, e vos ? Esperatz, daissatz-me devinar…lo Joan-Pèire ! Es aquò ?

-   Òc. Veses, se t’ai reconoguda, es qu’as pas tròp cambiat…perdon, òm se pòt dire de tu ?

-  Òc, naturalament. Soi talament contenta d’encontrar una conoissença !...e quana conoissença. La conversacion contunha coma se aqueles dos s’èran quitats la velha.

Pauc a pauc, cada tantossada, passan un moment de mai en mai long a se remembrar lor joinessa, e aquò ensolelha lor vida quotidiana. Cadun aviá seguit son camin, avian quitat lor vilatge rapòrt als estudis e al trabalh. S’èran maridats, e avián fondat una familha, avián agut d’enfants e de felens, viscut lo bon e lo mens bon d’una vida, e ara sont veuses totes dos.

Per autant, un primièr amor es pas quicòm qu’una vida sufís a faire doblidar, e se retrobar al ser de sa vida es un present preciós e plan polit. I vòlon veire la man de la destinada.

Aquò los empacha pas de parlar amb una granda libertat de lor familha, e mai de lor conjunt defunt totjorn amb respècte.

Demest lors enfants, n’i a que se regaudisson d’aquelas retrobalhas que van adocir lors vièlhs jorns. D’autres an paur per lor eretatge, e parlan de metre lo paire jos tutèla. Una autra viu aquò coma una traïson de sa maire… Cadun reagís segon sa natura.

Catarina e Joan-Pèire, amb la saviesa de lor atge, daissan dire, e prenon çò que la vida vòl plan encara lor bailar.

Los autres pensionaris los agachan amb enveja, pendent que lo personal de l’EHPAD se mòstra atendrit per aquel coble tocant.

E vaquí que, coma per nosautres, lo confinhament causat per la COVID, lor tomba sus lo clòsc. Cadun deu demorar jorn e nuòch dins sa cambra coma un pestiferat. Veson just de mond portant masqueta. Las visitas de las familhas sont interditas. Las chifras de las pendulas an tant de mau a montar la còsta coma de davalar la penda. Es pas possible que las oras faguèsson sonque 60 minutas…Quana tristesa !

Aürosament que Catarina e Joan-Peire avián acceptat, jos los conselhs de lors enfants, d’apréner a se servir del telefonet, emai a faire de « selfies » ! Aquò lor a permés de manténer lor relacion en esperant lo moment enfin vengut  de se retrobar dins lo jardin de l'establiment per anar recaufar lors vièlhs òsses al solelh.

Enfin liberats, prenon consciéncia de l’importància de lor rendetz-vos quotidian. Parlant de las causas de la vida, e coma un ritual, tastan un parelh de « Cachous Lajaunie »*, que lo Joan-Pèire a pas doblidat que la Catarina èra gromanda de regalícia. Mèfi qu’aquò fa montar la tension arteriala ! Mas un cachon es talament pichonet que pòt pas faire de mau !...e es l’ocasion de lissar discrètament la man de l’un dins la de l’autra, doblidant de la retirar pendent un grand moment…deliciós e seren

         §§§§§§§§§§

* LAJAUNIE : Es lo nom de l’apoticaire tolosenc qu’a inventat la pastilha negre, en 1880. Sa recèpta es totjorn gardada secreta, mas òm sap que i entra de regalícia e de cachon, dont se fabrica la polvèra d’aquela notz d’Arec de las Indias orientalas, e autres ingredients. Lo bonbon èra vendut coma potinga contra lo marrit alen.

Ivona BEAUME 

Mèsa le 7 de Mai de 2021.

 

RENCONTRE

Cela se passe dans une EHPAD, comme nous disons maintenant.

Un jour, il arrive une nouvelle pensionnaire. Les têtes se tournent de son côté, tellement ses cheveux argentés font ressortir ses yeux d’un bleu de saphir.

Un grand-père qui ronge son frein dans un fauteuil est accroché par son regard…Et ce regard, il lui parle.

Il laisse passer 2 ou 3 jours avant de s’aventurer à l’accoster : le temps de rassembler ses souvenirs, aussi remué qu’un jeune-homme. Un dernier regard dans le miroir. Il est vrai qu’il lui manque quelques cheveux sur la tête, mais il est encore droit comme un I. Allons !

-    Bonjour, vous ne seriez pas Catherine ?

      -  Oui. Et vous ? attendez, laissez-moi deviner…Jean-Pierre, c’est ça ?

-    Oui. Tu vois, si je t’ai reconnue c’est que tu n’as pas trop changé…pardon, on peut se dire tu ?

-     Oui, naturellement, je suis si contente de rencontrer une connaissance ! et quelle connaissance. La conversation continue comme si ces deux là s’étaient quittés la veille.

Peu à peu, chaque après-midi, ils passent un moment de plus en plus long à se souvenir de leur jeunesse, et cela ensoleille leur vie quotidienne. Chacun avait suivi son chemin, ils avaient quitté le village à cause de leurs études et du travail. Ils s’étaient mariés et avaient fondé une famille, avaient eu des enfants et des petits-enfants, vécu le bon et le moins bon d’une vie, et aujourd’hui, ils sont veufs tous les deux.

Pour autant, un premier amour n’est pas quelque chose qu’une vie suffit à faire oublier, et se retrouver au soir de sa vie est un cadeau précieux et bien joli. Ils veulent y voir la main du destin.

Cela ne les empêche pas de parler avec une grande liberté de leur famille, et aussi de leur conjoint défunt, toujours avec respect.

Parmi les enfants, il y en a qui se réjouissent de ces retrouvailles qui vont adoucir leurs vieux jours. D’autres ont peur pour leur héritage, et parlent même de mettre le paire sous tutelle. Une autre vit cela comme une trahison à leur mère. Chacun réagit selon son tempérament.

Catherine et Jean-Pierre, avec la sagesse de leur âge laissent dire, et prennent ce que la vie veut bien encore leur donner.

Les autres pensionnaires les regardent avec envie, pendant que le personnel de l’EHPAD se montre attendri par ce couple touchant.

Et voici, que comme à nous tous, le confinement causé par la COVID leur tombe sur la tête. Chacun doit rester jour et nuit dans sa chambre tel un pestiféré. Ils ne voient seulement que des personnes portant un masque. Les visites des familles sont interdites. Les chiffres des pendules ont autant de mal à monter la côte qu’à descendre la pente…c’est pas possible que les heures ne fassent que 60 minutes…Quelle tristesse !

Heureusement, Catherine et jean-Pierre avaient accepté, sur les conseils de leurs enfants, d’apprendre à se servir du téléphone portable, et même à faire des « selfies » ! Cela leur a permis de maintenir leur relation en attendant le moment venu de se retrouver dans le jardin de l’établissement pour aller réchauffer leurs vieux os au soleil.

Enfin libérés, ils prennent conscience de l’importance de leur rendez-vous quotidien. Ils parlent des choses de la vie, et comme un rituel, ils dégustent une paire de « Cachous Lajaunie »*, car Jean-Pierre n’a pas oublié que Catherine était gourmande de réglisse. Attention, cela fait monter la tension artérielle ! Mais un cachou, c’est tellement petit que ça ne peut pas faire de mal !...et puis, c’est l’occasion de glisser discrètement la main de l’un dans celle de l’autre pendant un long moment…délicieux et serein.

            §§§§§§§§§§

* LAJAUNIE : c’est le nom du pharmacien toulousain qui a inventé la pastille noire, en 1880. Sa recette est toujours gardée secrète, mais l’on sait qu’il y entre de la réglisse et du cachou, dont on fabrique la poudre de cette noix d’Arec des Indes orientales, et d’autres ingrédients. Le bonbon était vendu comme remède contre la mauvaise haleine.

Yvonne BEAUME.

Mèze, le 7 Mai 2021.

 

Los mai legits