dimecres, 23 d’octubre de 2019

Jaume Landièr - Camin de totas auras

Calandreta La Garriga - Camin de Carabòtas - Ginhac - dimècres 30 d'octòbre - 19h
cafè descabestrat amb Jaume Landièr



Retrobam amb bonaür l'amic Jaume Landièr. (es lo baug que nos faguèt lo tot primièr cafè òc dins lo bèl an de Dieu de 2011 qu'espeliguèt nòstra associacion) 
Nos ven amb una seguida a Solelhada e al riu d'Adriana, lo Camin de totas auras !
Camin de totas auras, camin de Carabòtas, dimècres 30 d'octòbre !

« [...] Defòra lo campèstre cabussava dins lo triple sòm dau dimenge, de la nuòch, de l’ivèrn. Totsants fardava l’asuòlh de sa grisalha. Pas un cat. Los aucèls avián fugit la rispa. Ai, que cau patir ! Camin de ferre, camin de crotz… Lo trin te sabotís coma se voliá martelar lo maucòr. Te bufar coma un plumet. T’assadolar d’imatges tant fugidisses que te desvàrian, a faire gisclar lo nonrés. Lo talh de la nuòch anava sai que cobrir aquel gris de pintura de quatre sòus. L’exilh a destenchurat sus los païsatges qu’aimave. [...] »

Après Als baugs (2008) e La Banda (2015), Jaume Landièr repren la dralha de Solelhada (1992) e Lo Riu d’Adriana (2001). Lo temps a passat : entre exilh e país retrobat e estrifat, lo narrator vei l’espelida de las joventas que meton lo camin jos los pès.




e, coma de costuma, sopar partejat: 
"Venètz e portatz". 
Quau de beure, quau de manjar, quau de dire...

Pour que vivent nos langues

L'IEO, membre dau Comitat "Pour que vivent nos langues", rampèla son malhum, cada membre, a se mobilizar per defendre l'ENSENHAMENT de L'OCCITAN.
 
Aquela mobilizacion pòt prendre mai d'una forma :
 
  • Legir, faire conóisser la CRIDA unitària (çai-sota e en pèça joncha),
  • Participar au recampament a París lo 30 de novembre davant lo ministèri de l'Educacion Nacionala,
  • Organizar localament, dau meteis temps, de recampaments davant lei representacions de l'Educacion Nacionala,
          (ex. per un cercle de vilatge ò de vilòta l'establiment principau, per una  
          seccion departementala, l'Inspeccion academica, lo Rectorat per una
           region...).

           > Pas besonh d'èstre nombrós, mai de metre en avant lo bram:
            'Pour que vivent nos langues" e la referéncia a l'occitan sus tot lo territòri…
 
 
Leis atacas volontosas de Blanquer son en plen dins l'amira de l'ideologia nacionala. Avèm ren d'esperar dau poder centrau e la solucion vendrà dau terren.
 
Refusam una Republica que fa de l'uniformitat, dau monolinguisme et de l'unicitat dau pòple francés de dògmes consacrats per leis articles 1,2 e 3 de la Constitucion refortits per la lèi novèla de “l’école de la confiance” per lei ben encloscar deis pichons partent de l'enfància.
 
Podèm pas demorar sensa reguinhar ais atacas. Se fau mobilizar dins la durada e oposar un movement collectiu testard a la volontat jacobina, sempre viva, de faire disparéisser nòstra lenga e nòstra cultura.
 
Una equipa federala profetica sufirà pas a menar la batèsta, fau a cada nivèu crear de comitat que se cargan, tot de lòng de l'an, de seguir, menar, prendre d'iniciativas…
per la Defensa activa e visibla de l'occitan.
 
Mostrem ensems e pertot que volèm QUE VISCAN NÒSTREI LENGAS
 
 
 

Claude Alranq : « les Contes de la France d'en bas »


Vendredi 25 octobre 2019
19 H 30
à Cournonterral

VEILLÉE CASTAGNES
ORGANISÉE
par
Cournon Terra d'oc
(06 82 97 70 56)

à la Bergerie communale
( à la Maison de Retraite continuer le chemin sur 2 kms)

avec

« les Contes de la France d'en bas »

par   Claude Alranq

La France d'en bas, c'est un peu « la France sociale », c'est aussi une France culturelle, celle du sud, la France méditerranéenne, celle qui parlait le languedocien, le provençal, le gascon...  :  des dialectes qui ont pour souche l'occitan, c'est-à-dire ce « bas-latin » qui vira à la langue d'oc alors que le nord passait à la langue d'oïl, laquelle a aussi plusieurs « patois » dont le francien qui s'imposa comme langue nationale.

La France d'en bas, c'est une contre-histoire, celle de toutes les périphéries qui ont souvent choisi la rébellion pour dire NON à tous les centralismes de la pensée unique.

« Les contes de la France d'en bas » sont aussi « les comptes de la France d'en bas », car conter et compter sont aujourd'hui des homonymes en passe de devenir des synonymes.

Alors, comptons sur les 50 dernières années de l'Actualité d'en bas et contons sur les valeurs universelles de l'Histoire d'en haut... Et ce comptoir-contoir nous fera la surprise de fêter les retrouvailles avec une jeune-et-vieille personne qu'un président de la République confia à un randonneur pour la sauver d'une maladie de la mémoire. Ainsi put-elle conclure en plaisantant  par une devinette: « Quel est le comble de la France ? Et quel est le comble de l'Occitan ? »

dimarts, 22 d’octubre de 2019

SETA - Setmana Occitana

12-13-14-15 novembre
Médiathèque F.Mitterrand, Sète

La Setmana s'articule autour du thème ÊTRE OCCITAN, QU'ES AQUÒ ?
Réflexion sur « l'identité », l'appartenance, les représentations, l'ethnotype, l'histoire.

Intervenants :
mardi 12, Philippe Martel, historien
mercredi 13, Daniel Villanova, créateur-comédien
jeudi 14, Guy Chapouillié, cinéaste
vendredi 15, Rose Blin-Mioch, chercheuse

Philippe Martel
essaiera de proposer quelques réponses étayées sur l'histoire et le présent du pays d'oc aux questions : suffit-il d'habiter en « Occitanie » pour être occitan, mais cette Occitanie-là n'est que la récente région administrative française qui ne recouvre qu'une petite partie de l'espace linguistique à l'origine du nom ? Faut-il réserver l'étiquette aux seuls natifs sachant parler la langue d'oc ? Comment diffuser dans la société concernée le minimum de connaissance de la réalité culturelle de l'Occitanie ? Comment amener le plus grand nombre à se reconnaître dans ce que cette culture a à offrir ? Comment éviter la tentation du repli sur le bunker de "l'identité" fermée et excluante ?

Daniel Villanova
s'interrogera sur le rapport entre les personnages qu'il a créés et leur auteur. S'appuyant sur une formule du penseur chinois Maître Tchouang (IVe siècle av. notre ère) : « Veille à ce que l’artificiel ne détruise pas le naturel, l’intentionnel l’instinctif », il évoquera la création de ses personnages de Bourougnan. C'est par la primauté donnée au « naturel » et à l’ « instinctif » dans le travail de création que s’impose cette « occitanité » qui a fait de cette communauté de comédie une véritable commune de plus dans le paysage languedocien actuel. De quelle façon l’univers des uns et de l’autre s’interpénètrent-ils pour créer ce fragile équilibre entre burlesque et réalisme, entre observation et imagination?

Guy Chapouillié,
Marcel Pagnol un inventeur de cinéma
Le réalisateur présente son film Le cinéma des collines qui raconte le cinéma de Marcel Pagnol.
Ce film nous invite à ausculter au mieux la rupture singulière de Pagnol qui, à partir de 1930, inaugure une nouvelle voie, celle de la voix dans l’infini des variations de la voix de Provence qui l’habite depuis l'enfance façonnée par elles. Pour lui, la prise des voix témoigne d'une réelle présence au monde. La langue, dans sa simplicité tient du génie ; complexe, elle n’oublie pas le fond commun, qui cultive ce qui unit et non pas ce qui sépare, sans jamais effacer la personnalité de chacun. Des émergences fréquentes en provençal prouvent les racines d’un peuple qui se souvient, doué de nuances et de fines capacités d’expression
.

Rose Blin-Mioch,
Femmes d'Oc au XIXe siècle: Mythes et réalités Dans le grand espace occitan comme partout, les Mythes, les discours qui ont pour objet les femmes, dominent la société. Au travers d’exemples pris dans et hors du Félibrige mais dans ce XIXe siècle qui parle majoritairement l’occitan, on tentera de déconstruire quelques mythes sur les femmes d’ici : engagement politique en 1848-1851, suiveuses ou meneuses ?; féminisme d’une Reine du Félibrige et de Saint-Simoniennes du Midi ; écrivaines en français et en occitan ; solidarité quotidienne ; femme et occitan dans la vie et l’enseignement ; travail, grève, syndicalisation… et même Joutes!


POLIDA SETMANA PEL CRANC DE MASSILHAN


              La Setmana Occitana que lo cercle Lo Cranc de Massilhan organiza dempuèi 13 ans, aviá pres ongan un ample dels bèls. Caliá ben festejar los 40 ans  del Cranc, un dels cercles mai ancians d'Erau. 
Del 1e al 6 d'octòbre un desenat d'eveniments festius e culturals foguèron ofèrts a un public renovelat de long dels jorns de  mercé lo programa prepausat..E n'i aguèt per totes los gostes e per totes los atges. Aprèp l'inauguracion oficiala onorada de la preséncia del conse Ives Michel e de dos de sos adjunts, e mai de la conselhièra departamentala Na Fabre de Roussac, seguiguèron  de jorn en jorn,  tantossadas e seradas ricas d'animacions divèrsas.
Los enfants foguèron pivelats del jòc d'Ives Durand e Gèli Buonomo dins Lo Boçut, un conte risolièr virant al fantastic. Lo cant prenguèt una plaça de tria amb las coralas Nadalenca  e Agde Musica, e los cantaires  Laurenç Cavalhié e Felipe Vialard dins de seradas magicas de vam e de poesia. Josiana Ubaud desvelèt la significacion e mai d'un còp la grafia vertadièra de fòrça toponimes occitans. Las confrariás de penitents que sa memòria es tant presenta encara per vilas e vilatges,  foguèron evocadas per Albèrt Arnaud. La mòstra bèla del CIRDOC sus Joan Bodon foguèt l'escasença d'escambis dins una taula- redonda consacrada  a aquel escrivan màger del sègle XX occitan. La Calandreta Dagtenca organizava coma de costuma lo balèti amb los irremplaçables Castanha e Vinovèl. De mai que, per metre lo mond en cambas, èra estat precedit d'una sesilha d'aprendissatge de dansas tradicionalas.La Setmana s'es acabada dins la glèisa  St Joan Baptista per un bèl  concèrt de la corala Agde Musica amb la messa occitana del Paire Gouzes, jos la direccion d'Eric Laur, amb lo solista Miquèu Vayssière e Sofia Parmentier a l'orguena.
             Polida Setmana  provesida de plasers e de descobèrtas,  ponctuada de rencontres a l'entorn de las taulas  per se restaurar. Lo Cranc a recebudas las ajudas de la Vila, del Departament, de la Region e de l'IEO d'Erau.

 Mai  venga de galís es pas tròp escrancat  lo Cranc que  sap encara se bolegar ! 

dimecres, 18 de setembre de 2019

La Botiga

A partir del primièr d'octòbre, la Botiga, torna dobrir amb d'oraris mai bèlses, mercé Jaumeta e Renata que venon faire prodèl a Coleta, Julia e Joan Marc.

Son fòrces, los de Besièrs !

 CENTRE CULTURAL OCCITAN 
« Lo Camèl »
15, avenguda Alphonse-Mas - 34500 - Besièrs
 

Oraris per 2019-2020:

Dimars
Dimècres
Dijòus
Divendres
Dissabte



de 9.30 a 11.30 h.




Julia Aliaga






de 2 a 5 oras
de 2 a 5 oras

de 2 a 5 oras
de 3 a 6 oras
Joan-Marc Vilanòva
Coleta Meneau-Derdrevet

Jaumeta Caussade - Balacker
Renata Laspeyres




Un Atelier « Charradissa » de langue occitane
est proposé les 1° mercredis de chaque mois

 Le thème est annoncé à l’avance. Le premier rendez-vous, le mercredi 2 octobre, prévoit une prise de contact et des échanges libres (en occitan, autant que possible !) sur vos vacances (et/ou Patrimoine)
Les personnes intéressées se réuniront au siège : 15, Av. Alphonse-Mas à Béziers, près de la Place Jean-Jaurès (Parking La Citadelle - Bus lignes 5 et 7.)
Les séances se dérouleront de 18 h. à 19.30 h.


Talhièrs « Charradissas » de lenga occitana
            Catarina Escamez propausa d’animar un talhièr mesadièr de lenga occitana. Aprèp discutida, la còla s’acòrda per que se faga lo primièr dimècres de cada mes, de 6 oras a 7 oras e mièja.
           
Aital, podèm notar las datas per l’annada 2019/2020 :
- 2 d'octòbre 
- 6 de novembre
- 4 de decembre
- 8 de genièr
- 5 de febrièr
- 4 de març
- 1r d'abril
- 6 de mai
- 3 de junh


Amassada generala
« Lo Camèl »
15, avenguda Alphonse-Mas - 34500 - Besièrs

Amigas, amics, sòcis o pas, sètz totes convidats per faire avançar  Lo Camèl, 
a l'A. G. de l'associacion que se tendrà lo dissabte 5 d'octòbre de 9h30 a 12h.

Òrdre del jorn:

- Fonccionament (Botiga)
- Subvencions
- Edicion - Difusion
- Apèl a candidatura per lo C. A.
- Questions divèrsas





Los mai legits