dilluns, 25 de gener de 2021

La rièja del Jaumet N°62

Bonjorn.

 A Clarmont los Parapluejaires devon èstre a la fèsta. Pels autres una rièja jos un teulat es çò que prepausi.

 Orizontalas 
1) Pas clara.  
2) Prenon la succession.  
3) Fugirà.  
4) Abreviacion religiosa. Gòt de vin capvirat.  
5) Asaga.  
6) Sarcidas.
 
Verticalas 
A) Pas lusentas. 
B) Planta d'aiga. 
C) D'un auxiliar. De l'autre auxiliar. 
D) Feda jove o magra. 
E) Donarà dins lo rambalh. 
F) A sa cançon. 
G) Escondes.

 

 Negras

     C4, F5

 

 Solucion de la setmana passada.

Entròca - Serenas -Cuèissa - Alu. An -Falsari - Aseimas.

Escafa - èulas - Treule - Rei. Si - Ons. Am - Casarà - Asanis.

 

Damatge es pas encara lo temps d'anar a la cagaraulas

 

Brieus de vida

 L’UÒLH DEL BUÒU

LA BILHETA DE L’IVONA DEL CERCLE OCCITAN DE MÈSA

NOVEMBRE de 2005.*

“I a la vida del cada jorn, amb son cortègi de bonas e de marridas causas, amb sas obligacions, trabalh, familha, amb sos laguis de santat, d’argent, mai d’un còp de caumatge.

I a la vida amb sas calamitats, guèrras, inondacions, tèrratremols, auragans e lors terriblas consequéncias ; la vaca bauja de trista memòria, e ara la gripa dels aucèls, que fa tant paur a n’escotar los especialistas e los mèdias.

Puèi, i a la vida vertadièra, brieus de vida que se tastan amb golardum : un gavian que travèrsa lo cèl dins un vòl planat blos; una musiqueta captada a l’asard d’una ràdio, e que vos romplís lo còr e lo còrs ; la fin d’un bon roman qu’a permés de s’evasir un moment del quotidian.

I a l’enfant que lisa sa maneta dins la vòstra, amb dins lo regard, tota la fisança que vos fa a vos, l’adulte protector ; la memòria d’un ancian que n’a talament vist dins sa vida, que vòl pas partir sens aver passat la man, sens aver tot dich de çò que cal saupre ; la delicadesa d’un bon plat cosinat amb tot l’amor d’una maire.

I a lo mescladís de las odors de la garriga quand ven la prima ; l’agach qu’òm pòrta sus un solelh lassat de lusir dempuèi lo matin e que, nos faussant companhiá, se'n va enfin pausar dins lo fuòc d’artifici de sos darrièrs rais, mirats dins l’aiga de nòstre bèl estanh.

E i a encara tant e tant de causas bèlas de viure, de veire, d’entendre, de sentir e ressentir, que vertadièrament, e sens l’ombra d’un regrèt,  per un sol d’aqueles instants, la vida vau la pena d’èstre viscuda.”

*Extrach del recuèlh Atmèlas doças, Atmèlas amargantas.

                §§§§§§§§§§

GENIÈR de 2021.

E abandonariam tot aquò per aquel mòstre que nos rosiga la tèsta dempuèi una annada ?

Aquel pòt totjorn jogar a niquet niquet en mudant per se mai trufar, lo “tipe” coneis pas lo bòsc que ne sèm faches. N’avèm matat d’autres e aquel farà pas excepcion. Un grand espèr s’es levat amb la descobèrta de vaccins, qu’òm met ara en òbra, un pauc tròp doçamanet dins nòstre país, es verai, mas avançam. Una armada d’òmes e de femnas “en blanc”, seringa en mans, espèra de pè ferme aquel virus, que se crei mas enganiu que nosautres. Rirà ben lo que rirà lo darrièr.

Coma o fa lo Dieu roman JANUS als dos visatges, (qu’a bailat son nom a Genièr) anam barrar la pòrta de la maudicha annada 2020, per aculhir 2021, esperant trapar enfin la patz.

E se per sacrificar al rite del passatge d’una annada a l’autra, avètz fach rimar JANUS amb BACUS*, qu’aquò vos apòrta tot lo bonaür que, amb tota la còla del Cercle occitan de Mèsa, vos desiri. Santat !

*Amb moderacion ?

 


BRINS DE VIE. 

NOVEMBRE 2005.*

« Il y a la vie de chaque jour, avec son cortège de bonnes et de mauvaises choses, avec ses obligations, travail, famille, avec ses soucis de santé, d’argent, plus d’une fois de chômage.

Il y a la vie, avec ses calamités,  guerres, inondations, tremblements de terre, ouragans et leur terribles conséquences ; la vache folle de triste mémoire, et maintenant la grippe aviaire, qui fait si peur à en écouter les spécialistes et les médias.

Puis, il y a la vraie vie, instants de vie qui se dégustent avec gourmandise : une mouette qui traverse le ciel dans un pur envol ; une musiquette captée au hasard d’une radio, et qui vous remplir le cœur et le corps ; la fin d’un bon roman qui a permis de s’évader un moment du quotidien.

Il y a l’enfant qui glisse sa menotte dans la vôtre, avec dans le regard, toute la confiance qu’il vous fait, à vous l’adulte protecteur ; la mémoire d’un ancien qui en a tellement vu dans sa vie, qu’il ne veut pas partir sans avoir passé le relais, sans avoir dit tout ce qu’il faut savoir ; la délicatesse d’un bon plat cuisiné avec tout l’amour d’une mère.

Il y a le mélange des odeurs de la garrigue quand vient le printemps ; le regard que l’on porte sur un soleil qui lassé de briller depuis le matin, s’en va enfin se reposer dans le feu d’artifice de ses derniers rayons, mirés dans l’eau de notre bel étang.

Et il y a encore tant et tant de belles choses à vivre, à voir, à entendre, à sentir et ressentir, que vraiment, sans l’ombre d’un regret et pour un seul de ces instants, la vie vaut la peine d’être  vécue. »

*Extrait du recueil  Amandes douces, Amandes amères.

            §§§§§§§§§§

JANVIER 2021.

Et nous abandonnerions tout cela pour ce monstre qui nous ronge la tête depuis une année ?

Celui-là peut toujours jouer à cache-cache en mutant pour nous tromper, le « type » ne connaît pas le bois. Nous en avons maté d’autres, et celui-ci ne fera pas exception. Un grand espoir s’est levé avec la découverte de vaccins, qu’on met maintenant  en œuvre, un peu trop lentement dans notre pays, c’est vrai, mais on avance. Une armée d’hommes et de femmes « en blanc », seringue en mains, attend de pied ferme ce virus, qui se croit plus rusé que nous. Rira bien qui rira le dernier.

Comme le ferait le Dieu romain JANUS aux deux visages (dont Janvier a tiré son nom), nous allons fermer la porte de la maudite année 2020, pour accueillir 2021, en espérant trouver la paix.

Et si pour sacrifier au rite du passage d’une année à l’autre, vous avez fait rimer JANUS avec BACCHUS*, que cela vous apporte tout le bonheur,  qu’avec toute l’équipe du Cercle occitan de Mèze, je vous souhaite. Santé !

*Avec modération ?

 

Yvonne BEAUME.

Mèsa lo 12 de genièr de 2021.

Amics

Un conte anonim que nos ven dau mond arab amb una revirada occitana dau Miquèl Pedussaud.

Dos amics traversavan lo desèrt.

A un moment se carpinhèron e un tustèt l’autre. L’ofensat, sens dire res, anèt escriure dins la sabla :

-        Uèi, mon amic mai car, me mandèt un atot pel morre.

Puèi, tirèron camin e arribèron dins una oasi ont decidiguèron de s’i banhar.

L’òme qu’èra estat macat s’anava negar e foguèt tirat de l’aiga per son amic.

Un còp salvat, l’òme escriguèt sus una pèira :

-        Uèi, mon amic mai car me salvèt la vida.

Un pauc pensamentós, l’autre demandèt :

-        Perqué lo còp passat escriguères dins la sabla e ara per ara escrives sus una pèira ?

L’amic sorriguèt e respondèt :

-        Quand un amic bèl nos ofensa, o deuriam escriure dins la sabla ont lo vent del desbrembièr e del perdon se carga d’o escobar. Mas quand arriba quicòm de bèl, o deuriam engravar dins la pèira de la memòria del còr ont cap de vent o pòt pas escafar.

 Per èsser complet aquí la sorga : contes cortets anonimes tradicionals revirats de l'espanhòl, tirats d'aquel site : https://ciudadseva.com/biblioteca/indice-alfabetico-minicuentos/

Los mai legits