divendres, 10 de maig de 2019

Una letra/apèl dau Jan dau Melhau


APPEL


            Pour montrer notre opposition absolue au projet de parc de loisirs  à Chauffaille de Coussac-Bonneval, nous ferons au mois de mai un jeûne public du vendredi 17 au matin  au lundi 20 au matin.
            Le jeûne (abstinence de toute nourriture pour un temps déterminé)  est une manière non-violente  (la seule violence est exercée sur soi) de montrer sa détermination et s'engager dans une telle action ne peut être que mûrement réfléchi ; on ne le fait pas pour un oui ou pour un non mais pour quelque chose qu'on juge essentiel et sans compromission possible.
            C'est ici le cas.  Nous pensons que l'aboutissement de ce projet serait en tout, quels qu'en soient les modalités ou aménagements, une catastrophe irrémédiable pour le site de Chauffaille et tous ses alentours, proches ou lointains.  (Qu'ils le sachent bien, les habitants de Saint-Julien, Lubersac, Montgibaud, Meuzac, seraient tout autant – si ce n'est plus – concernés que ceux de Coussac ; mais, de toute façon, cela concerne tout le monde, ici ou ailleurs).
            Nous invitons les gens à y réfléchir sérieusement tant qu'il en est temps, à venir discuter avec nous pendant ces trois jours (ceux qui ont menacé de nous tuer sont dispensés de visite) , nos amis et toutes personnes convaincues, à venir nous soutenir, soit par leur présence un moment, soit par un jeûne d'accompagnement d'un jour (ou plus !, nous ne tenons pas à l'exclusivité de ce geste) ; on peut rester tard dans la nuit, venir tôt le matin. Il faut qu'à l'issue de ces trois jours, les promoteurs de ce projet et leurs soutiens politiques sachent qu'une réelle oppposition existe et qu'elle n'abdiquera pas.
            Nous serons à Coussac dans la cour de la gare, gare fermée depuis longtemsp que j'ai assidument fréquentée durant cinquante ans. La nuit, des lanternes indiqueront en ce lieu notre présence active et pacifique.
            Le samedi, une marche symbolique partant à 15 heures de l'esplanade du château de Bonneval nous mènera jusqu'à celui de Chauffaille. C'est à peu près sept kilomètres aller-retour.
            Nous demandons à chacun de mesurer l'enjeu de cette action et de diffuser cette information le plus largement possible.
Jan dau Melhau et Brigitte Fleygnac

Los mai legits